Figures de pensées ordinaires
B/w photography 15x12 cm
2012
Des sentiments fugaces à la fois intense et ineffables qui surgissent dans des moments de semi-veille tard la nuit ou le matin au réveil. J’essai de les transcrire, c’est une réaction psychologique immédiate. Chacun d’eux décrit un mouvement de la pensée. Le langage est alors le seul moyen de permettre à ces spéculations d’exister. Issues de ces états de flottement, la courte forme de ces phrases rappellent parfois le Haikku ou même la forme du statement dans l’art conceptuel, mais cela me permet surtout d’opérer comme le fait la pensée c’est-à-dire par fragments. La photographie elle dans un second temps vient alors valider la pensée et garder le souvenir immédiat de ces affleurements encore à chaud, lorsqu’ ils viennent juste d’être notés car, il y’a pour moi quelque-chose de merveilleux qui se passe au moment de cet aspect incertain de l’écriture. Comment advient-elle, on ne le sait jamais vraiment mais on
peut le sentir, l’approcher, cela est un rapport physique dans le psychisme même. Cela provient également d’une nécessité (ou phobie) d’enregistrer photographiquement l’idée, avant même qu’elle ne finisse dans les décombres de la pensée.

7_1.jpg
       
7_2.jpg
       
7_3.jpg
       
7_6.jpg
       
7_8.jpg
       
7_9.jpg
       
7_1_v2.jpg
       
7_a.jpg
       
7_5.jpg
       
7_4.jpg